VAP : Voitures A Plusieurs
L’autostop de proximité
Ensemble dans les VAP VAP vu par le piéton VAP vu par l’Automobiliste Les panneaux VAP pour désigner des zones d’embarquement Les hébergeurs

Retour

Le Soir 17 septembre 2010

lundi 11 octobre 2010

Voir en ligne : Place aussi aux ados dans les autos des Vappeurs

Place aussi aux ADOS dans les autos des Vappeurs

CHALKLIN,MICHAEL

Vendredi 17 septembre 2010
Voitures à plusieurs L’auto-stop de proximité est élargi aux jeunes de 16 à 18 ans

Les voitures à partager (VAP) ouvrent leurs portes aux adolescents de 16 à 18 ans. L’ASBL du même nom a présenté son initiative, jeudi, à Court-Saint-Etienne, l’une des 21 des 27 communes du Brabant wallon qui ont signé la convention en faveur de cet « auto-stop de proximité ».

L’ASBL est née il y a cinq ans à Watermael-Boitsfort. Le réseau s’est étendu à Auderghem et, en 2009, au Brabant wallon. « Les VAP ont démarré sur un constat, explique Claire Laloux, la coordonnatrice de l’association. Il y a des voitures partout et tout le temps mais le plus souvent, il n’y a qu’une seule personne à bord. Les transports publics ne répondent pas à tous les besoins. Bref, les personnes sans voiture “rament” souvent. »

Il s’agit d’une remise au goût du jour de l’auto-stop. Il faut s’inscrire (1). L’automobiliste met l’autocollant de reconnaissance sur son pare-brise. L’auto-stoppeur, lui, montre sa carte et sa direction. On peut imprimer celle-ci à partir du site de l’association. Pour les plus frileux, il y a des points d’arrêt avec un panneau de covoiturage et un explicatif. Sécurité, flexibilité, rapidité et gratuité, hormis l’inscription qui coûte 5 euros. Les zones doivent se situer sur des axes assez fréquentés et elles doivent correspondre, si possible, à des lieux de services (boulangerie, etc.).

L’ASBL a longtemps hésité avant d’ouvrir les VAP aux ados à partir de 16 ans. Il faut une autorisation parentale. Ces parents sont invités à juger de la maturité de leur(s) enfant(s). Il leur est aussi recommandé de préciser les trajets qui se prêtent à l’auto-stop. Parmi les précautions reprises dans la charte, l’ado doit envoyer un SMS au 3455, à ses parents ou à un ami en précisant le numéro de plaque du véhicule dans lequel il monte.

« Pas un monde de Bisounours »

Les VAP sont aussi une réponse aux soucis de mobilité rencontrés par les personnes précarisées, en particulier en milieu rural, a souligné Bernard De Vos, le délégué général aux droits de l’enfant, présent jeudi. « Je suis époustouflé. On ne vit pas dans un monde de Bisounours. Les jeunes peuvent eux-mêmes organiser leurs déplacements, dans un cadre sécurisant pour les parents. Je recommanderai le système dans mon prochain rapport annuel qui sera remis au Parlement. »

(1) ASBL VAP : 02-675.05.88 (e-mail : info@vap-vap.be ; site internet : www.vap-vap.be).

Retour